[FP News] LA REFORME DE LA FORMATION INITIALE DES INSTITUTEURS EN CÔTE D'IVOIRE

June 30 th, 2015.

LA REFORME DE LA FORMATION INITIALE DES INSTITUTEURS EN CÔTE D'IVOIRE

Le rapport envoyé par Mr. Kouadio MEA 
Directeur des Ecoles, Lycées et Collèges,
Point focal de l'Equipe Spéciale pour l'EPT

delc


1. POURQUOI LA REFORME ?

La République de Côte d'Ivoire a engagé une réforme de son système éducatif par la définition d'une nouvelle politique éducative efficace et équitable. Cette réforme lui permet d'avancer vers les objectifs d'accès et d'achèvement universels de l'enseignement primaire de qualité.
En effet, le RESEN 2009 a permis d'identifier des défis structurels importants. Par ailleurs, à la demande du Ministère, un audit des établissements de formation initiale des maîtres, dits CAFOP (Centre d'Animation et de Formation Pédagogique) a permis de déceler les principaux dysfonctionnements du système de la Formation Professionnelle Initiale, au niveau de la gestion du système, mais surtout dans la conception de la formation professionnelle et dans l'encadrement pédagogique de la formation professionnelle. Ces dysfonctionnements peuvent se résumer ainsi :
  • Une gouvernance d'ensemble et de proximité des CAFOP qui ne régule pas efficacement les dysfonctionnements (gestion des ressources humaines, gestion matérielle, gestion pédagogique) ;
  • L'absence d'un référentiel des compétences de l'instituteur ivoirien donnant une cohérence et une finalité à l'édifice de la Formation Initiale ;
  • L'inadéquation entre les curricula actuels, dont le modèle est calqué sur ceux de l'école primaire, et les contraintes actuelles d'une professionnalisation de la formation ;
  • Un concours d'entrée dans les CAFOP manquant d'efficacité pour le recrutement des meilleurs profils d'Elève-Maître ;
  • Un corps de professeurs formateurs peu avancés dans la maîtrise des techniques de la formation professionnelle initiale d'enseignants ;
  • Un corps de Maîtres d'Application non formés à l'encadrement de la formation pratique des Elèves-Maîtres et sans relations fonctionnelles avec une structure du type Ecole d'Application.
Afin de pallier à ces dysfonctionnements, il est préconisé un ensemble de mesures visant à une amélioration de la professionnalisation de la formation professionnelle initiale des enseignants du préscolaire et du primaire. Elles portent sur une conception de la formation professionnelle initiale dont l'architecture est fondée sur la recherche de compétences professionnelles indispensables à l'exercice du métier d'enseignant du primaire.
L'identification et la définition de ces compétences conditionneront la cohérence, l'efficacité et la qualité de l'ensemble du système. A cette fin, le renforcement des capacités des formateurs de la formation professionnelle initiale devra constituer une des dimensions importantes au même titre que celui des capacités de la gestion de l'appareil de formation.
L'objectif général de cette réforme est de mettre en place les instruments qui vont permettre aux CAFOP de fonctionner de manière efficace et garantir l'adéquation des profils des élèves-maîtres aux exigences du programme afin d'améliorer les résultats des élèves.

2. COMMENT SE CONDUIT LA REFORME ?

La réforme de la formation initiale des maîtres est conduite par une équipe constituée à cet effet par le Ministre. Placée sous la supervision de l'Inspection générale et pilotée par la Direction des Ecoles, Lycées et Collèges qui a en charge la formation initiale, cette équipe est composée des personnels relevant de toutes les structures du Ministère concernées par la chaîne de la formation, depuis l'enregistrement des candidatures au concours d'entrée dans les CAFOP jusqu'à la certification des élèves-maîtres : Inspection générale, Direction de la Mutualité et des Œuvres Sociales en Milieu Scolaire, Direction des Ecoles, Lycées et Collèges, Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue, Direction des Examens et Concours, Direction des Ressources Humaines, Direction des Affaires Financières, CAFOP et Inspection de l'Enseignement Primaire ( voir photo ).
Cette équipe est soutenue par un cabinet d'experts internationaux, ce qui permettra aux outils et autres dispositifs mis en place de répondre aux exigences des standards universels.
Les travaux de cette équipe mixte se sont déroulés, dans leur première phase, de février à juin 2015. Ils ont consisté en des collectes d'informations, observations d'activités sur le terrain, travaux de groupes et séances plénières. Les résultats de ces travaux sont consignés dans des rapports validés par « Le Comité de pilotage des réformes du système éducatif » institué par arrêté du Ministre.
Dans une deuxième phase, au cours de l'année scolaire 2015-2016, les éléments de la réforme seront expérimentés sur l'ensemble des CAFOP.

3. QUELS SONT LES RESULTATS DE LA REFORME ?

Pour l'heure, nous disposons :
  • D'un référentiel des compétences des instituteurs permettant à la fois de gérer la progression des apprentissages et d'impliquer les élèves dans leur apprentissage et leur travail ;
  • D'un guide de la gouvernance qui donne des indications précises sur les modalités de coordination, de concertation et de régulation.

4. QUELLE EST LA SUITE ?

Pour que la réforme de la formation initiale des instituteurs soit complète et définitive, et en accompagnement du référentiel des compétences, les tâches suivantes devront être accomplies en 2015-2016.
  1. La révision des curricula par la définition d'une série d'activités dont le but consiste à favoriser chez l'instituteur des changements de comportements au niveau du savoir, du savoir-faire ou du savoir-être pour s'intégrer dans un environnement professionnel ;
  2. L'appropriation du référentiel et des curricula par les différents des formateurs : professeurs, maîtres d'application, Inspecteurs et Conseillers pédagogiques ;
  3. La formation des gestionnaires au guide de gouvernance ;
  4. L'élaboration d'un plan de la formation initiale suffisamment flexible pour pouvoir s'adapter aux contraintes et ressources locales ;
  5. L'adaptation de la nature des épreuves au concours de recrutement, épreuves qui devront permettre de sélectionner les candidats les plus aptes à suivre le plan de formation et à exercer le métier d'instituteur ;
  6. L'élaboration d'un schéma d'organisation du processus de certification après la formation initiale.
Ainsi se présente l'ossature globale de la réforme de la formation initiale des instituteurs que nous pensons être un gage de qualité devant accompagner la scolarisation obligatoire qui sera mise en œuvre à partir de septembre 2015. Une session d'évaluation est prévue à la fin de l'année scolaire 2015-2016, qui permettra d'intégrer les corrections relevées dans la mise en œuvre des curricula et du guide de gouvernance.

Cote divoire Reform


 

LB